Historique

La vision d’un policier: le début du concept Échec au crime

Échec au crime est l’idée d’un policier d’Albuquerque, au Nouveau-Mexique aux É.-U., appelé Greg MacAleese.  Réalisant l’augmentation du taux de criminalité dans cette ville et la peur grandissante du public, il ressentit le besoin d’intervenir et de faire quelque chose qui changerait l’attitude des gens et les responsabiliserait. Il savait que, pour chaque crime commis, une personne autre que le transgresseur connaissait de l’information

Getting Involved with Crime Stoppers

qui pourrait aider la force policière à résoudre l’affaire.

Le défi était d’obtenir la bonne information de la bonne personne au bon moment. Il était important que les citoyens s’impliquent en signalant les crimes. Il fallait trouver le moyen de les motiver.

Greg MacAleese adopta donc une approche bilatérale.

  • Afin de diminuer l’apathie (l’indifférence), des récompenses devaient être offertes.
  • Afin de diminuer la peur de s’impliquer et de représailles qu’avaient les gens, il était important de préserver l’anonymat.

Des discussions avec le service de police d’Albuquerque ont abouti à la conclusion que les fonds pour les récompenses en argent devraient provenir du public plutôt que de l’argent des contribuables. Jusqu’à maintenant, Échec au crime est un organisme civil; il n’y a aucune intervention du gouvernement. Un conseil d’administration formé de citoyens de la communauté a donc été créé afin de donner plus d’intégrité au programme. On décida aussi que les récompenses seraient versées après que l’information reçue par Échec au crime aurait généré des résultats tangibles.

Échec au crime verse des récompenses selon les arrestations et non les condamnations des personnes responsables pour un crime. Cela accélère le versement des récompenses aux personnes refilant des informations pendant que les agences d’application de la loi sont sur la voie d’élucider le crime.

Le succès d’Échec au crime n’est plus à faire

Le premier appel reçu le 8 septembre 1976 a rapidement changé de façon positive l’opinion des gens.

Suite au succès connu à Albuquerque, d’autres communautés adoptèrent ce concept. Elles ont rapidement compris qu’il pouvait aussi leur être efficace. Le premier programme canadien d’Échec au crime vit le jour à Calgary, Alberta, en 1982.

Échec au crime est un triple partenariat entre les citoyens, les médias et les forces de l’ordre. Faire en sorte que les gens se sentent concernés est important pour ses dirigeants.

Depuis 1976, plus de 950 programmes Échec au Crime ont été établis dans le monde. Plus de 1,3 millions de crimes ont été résolus et plus de 10 millions de dollars en biens volés et drogues ont été saisis grâce à la confiance démontrée par le public en dévoilant de l’information.

La province est devenue plus sécuritaire: Échec au crime est maintenant en place au Nouveau-Brunswick

Crime Stoppers comes to New Brunswick

En février 1985, une motion fut adoptée à la rencontre de l’Association des chefs de police du Nouveau-Brunswick Inc. proposant l’implantation d’Échec au crime dans le Centre du Nouveau-Brunswick. Avec l’approbation du Procureur général du gouvernement provincial, la Gendarmerie royale du Canada mit en place un petit groupe de travail comprenant deux agents de la GRC et un agent de la Police de Ville de Fredericton.

Ces agents étudièrent le programme dans sa totalité et créèrent des comités à Woodstock, Fredericton, Oromocto, Minto et Chipman.  Plusieurs citoyens à travers la province se sont portés bénévoles et sont devenus membres d’une organisation qui sera par la suite connue sous l’appellation de N.B. Crime Stoppers Inc./Échec au crime N.-B. Inc.

Quatre chapitres régionaux ont donc été créés : Échec au crime de l’ouest du N.-B., Échec au crime de la région de la Capitale, Échec au crime Oromocto (devenu par la suite Oromocto-Gagetown) et Échec au crime de la région du Grand Lac. Tout en demeurant indépendants, ils fonctionnent sous l’organisme parapluie Échec au crime N.-B.  Au cours des années, le programme a pris de l’ampleur dans la province.  Présentement, 20 chapitres régionaux forment Échec au crime N.-B. gérés par quelque 300 bénévoles. Plusieurs sont membres depuis le début du programme dans la province en 1985.

Print Friendly, PDF & Email
Like us on Facebook Follow us on Twitter Add us to your circle on Google+ Watch us on YouTube Read our Blog View our photos on SmugMug Keep updated with RSS Feeds
Your internet browser is outdated / Votre navigateur doit être mis à jour

This site is best viewed on Internet Explorer 11 or higher, a current version of Mozilla Firefox, Apple Safari, Google Chrome, or equivalent browser software. / Pour mieux visualiser le présent site, il est préférable d utiliser Internet Explorer 11 ou une version plus récente, une version à jour de Mozilla Firefox, Apple Safari, Google Chrome, ou d un logiciel de navigation équivalent. Update Now / Mettre à jour maintenant

×